Cannabis, la nasse

56ae77667471801e2c798f5ee6304062

Un syndrôme typique de la France,

  • d’un côté on relâche la bride… faisant semblant de constater les bienfaits du cannabis sur les souffrances liées à certaines maladies (analgésique, prends en) et de légaliser somme de dérivés
  • et de l’autre on te la serre (on va t’en coller une, avec toute l’humiliation qui ira avec)

et l’alcool et le tabac, et moi et moi et moi

  • vous avez vu ces rayons monstrueux dans les grandes surfaces, des canettes en palettes, du vin élevé les pieds dans l’eau en bordure des autoroutes dans une terre ravagée par les engrais et les pesticides, une terre morte. Des gros alcools logés dans des étalages à néons pour que l’œil soit attiré, on doit appelé ça le merchandising de grande surface moderne. Commercial avec ta voiture Ricard, tu ne te sens pas un peu coupable de pousser les pauvres gens et surtout la jeunesse dans les bras du toxique ?
  • chez le buraliste, les choses ont un peu évoluées depuis que tous les paquets sont devenus marrons et qu’ils ont remplacés les couleurs et le logo des cigarettiers par des images plus gores les unes que les autres (d’après une dealeuse de nicotine, les ados seraient même devenus collectionneurs des fameux paquets). Pas toujours facile de s’y retrouver, tu as intérêt à avoir de bonnes lunettes lorsque comme moi tu n’es pas fidèle à une marque ou que ta marque fétiche n’est pas distribuée par ton dealer local. A quoi sert ce mur de tabac uniforme qui se trouve derrière lui, n’ont ils pas pensé à développer une application via écran tactile ou le consommateur pourrait faire son choix (origine, composition, avis des autres, nocivité du produit, prix). Devant ton buraliste, c’est autre chose, il pratique souvent la double peine tout en rappelant la nocivité de ses produits, numéro vert à l’appui, on te met en garde mais on te vend aussi des petites cartes à gratter et les écrans te rappellent que la fortune, le gros lot, c’est pour ce soir (et la mort ruiné ?).

Renaud Garcia : « Renouer avec les gens ordinaires »

rgarcia

Même si je crois encore que s’engager dans une organisation politique ou syndicale, y apporter son influence, se former à la lutte, bénéficier d’une structure solide, partager la force collective, reste le principal moteur du changement à venir. Je reste citoyen et je continuerai de voter tant qu’on me proposera des choix dans lesquels je peux me reconnaître (en toute conscience). Article riche en références.

Vivre dans une organisation politique ou syndicale, c’est aussi prendre du bon temps avec des camarades, des femmes des hommes, des anciens, des plus jeunes. Le national ne reflète pas toujours le local, les individus à l’intérieur vivent parfois douloureusement certaines décisions des dirigeants ou du collectif (accepter ou pas, se soumettre ou pas) mais toujours il y a un socle entre nous, une volonté de construire un monde meilleur, une société du partage, fraternelle et juste, un monde de paix. On peut rester seul face à ce monde violent, faire l’autruche et critiquer les autres (toujours plus facile), j’ai essayé mais je préfère et de loin, le combat collectif dans des organisations pas si monolithiques qu’elles ne paraissent aux yeux des gens extérieurs (bien moins passéistes et autoritaires).

 

Mes coups de coeur

Renaud Garcia est anarchiste. C’est-à-dire qu’il « refuse de parvenir », selon l’heureuse expression de l’écrivain et syndicaliste Albert Thierry : privilèges, honneurs et ambition ne sont pas l’affaire des libertaires. Mais un anarchiste qui ne fait pas toujours l’unanimité parmi les siens : Garcia — avec l’essai Le Désert de la critique, paru l’an passé aux éditions L’échappée — mit les pieds dans le plat de la pensée radicale contemporaine. Dans le sillage du Britannique George Orwell, il s’interroge : pourquoi le socialisme ne parvient-il pas à convaincre plus largement alors qu’il relève du « bon sens » ? Et le professeur de philosophie de répondre : les espaces contestataires, trop occupés à « déconstruire » et à dénoncer les opposants en leur sein, ont souvent perdu de vue le noyau dur de la tradition émancipatrice : construire une alternative à même d’affranchir le très grand nombre des servitudes…

Voir l’article original 24 mots de plus

Qui suis je ?

Je préfère être détesté pour qui je suis, qu’être aimé pour qui je ne suis pas.

Kurt Cobain

Bon résumé de situation et c’est sans doute encore un exercice plus difficile lorsque l’on est adoré par des millions de fanatiques.

Je ne suis pas dans la détestation, je suis plutôt dans la rupture amicale ou comment de vieux amis, des amis de 30 ans voir 40 ans peuvent vous manquer de respect à ce point, simplement sur la base d’idéologie politique. 2017 a été une année destructrice en la matière, rupture entre des hommes qui se disaient socialistes et qui au final se sont fourvoyés dans le macronisme sous prétexte d’éviter la fille Le Pen comme présidente. Pour eux la meilleure façon de combattre était de s’engager comme supporter affirmés du futur président. Aujourd’hui, les discussions autour de la table ont trait à la loi Pinel,  au comment bien choisir sa cible en matière de futurs locataires (2 chambres pour prévoir une naissance à venir et stabiliser au mieux ceux qui vont au final rembourser le crédit de l’appartement), au comment défiscaliser au mieux, aux belles voitures, aux vacances au ski, à la belle allure qu’il faut avoir sur Facebook, à la haine du communiste que je suis (Staline et Lenine ont bon dos alors que l’autocritique est faite depuis plus de 50 ans, que je n’étais même pas né, j’ai vu et j’ai lu, je ne suis pas adhérent de cette idée que l’ont se fait du communisme, terrible erreur). La notion de commun dépasse largement le reflet des médias et des jeunes collègues enseignants (image tronquée livrée à notre jeunesse). Le communisme est pluriel, les ZADistes de NDDL en sont aussi une forme à respecter, une expérience locale. Je ne dis pas à généraliser mais si des gens s’y retrouvent heureux et épanouis dans une expérience locale de partage, d’entraide, de plaisir à construire ou à cultiver, je dis banco, la terre est à tous, elle appartient à la collectivité.

24304-Kurt-Cobain-Quote-I-d-rather-be-hated-for-who-I-am-than-loved-for

 

L’issue de cette situation sous haute pression est bien l’autodestruction, la mort comme bien d’autres illustres artistes. Je pense bien sur à Bertrand Cantat, un artiste majeur pour moi dans le paysage national à la fin des années 80, j’avais tout juste 18 ans. Je l’avais lâché à l’époque des sombres héros de l’amer qui tournait en boucle sur toutes les radios (trop c’est trop et ce n’est surement pas la meilleure chanson de feu Noir Désir) puis j’avais à nouveau aimé vers 2006 (les choses sérieuses reprenaient) mais les voir et entendre en concert était devenu chose insupportable (la faute au public qui chantait en lieu et place de Cantat si bien qu’il devait arrêter de chanter et tournait le dos au public). La fin de sa carrière a été brutale, pétage total de plombs, violence envers sa compagne, il devint meurtrier (folie, abus de substances). Il essaie de revenir mais n’est plus que l’ombre de lui même et même si j’aime son dernier morceau, la pochette de l’album est représentative de l’état de l’homme. Il souffre mais comment peut on souffrir ainsi en public. La guérison n’est pas possible, vivre encore d’accord mais vivre différemment aussi (se replier sur soi, se faire oublier).

Free te bloque

LogoFree

Une petite envie d’écouter de la musique et de la partager ce soir. Malheureusement mon fournisseur d’accès ne me le permet pas… pas ce soir, pas maintenant. Il est 22 heures. Je décide d’essayer via TOR, au hasard, étonnant, malgré les détours, ça marche…  Free est performant ? Free est honnête ? (ça ne fait pas parti du contrat et c’est une anomalie qui semble être un gros défaut que cette capacité à brider les connexions).

Saturation observée chez Youtube également. Contribution à la destruction de la couche d’ozone ?

471762a437fc5a69de01b96af888b2c0

CAPTAIN BEEFHEART

Chocolate Watch Band

 

Le Train Express Régional

Il est magnifique mon train qui rejoint Rennes à Saint Malo. Les horaires, ça peut aller mais ils sont perfectibles, pourquoi arrêter les navettes si tôt dans la soirée ? On n’aurai tpas la permission de minuit ? parfois il y a aussi des creux dans la journée. Le souci majeur, c’est l’espace 1ère classe, on se croirait revenu au siècle dernier. Qui a eu cette mauvaise idée de cloisonner les passagers. Dans les faits, il n’y a que les cadres de la SNCF qui en profitent et quelques personnes aisées (réguliers et touristes). Y a t il eu pression ? Pour moi, ce n’est pas une bonne idée, serrez vous les uns les autres mais ne vous serrez pas la main interclasse. Camarades, la lutte continue même si vos élus prennent des décisions à contresens. En dessous de la première classe, autre particularité, c’est l’espace enfants. J’en ai rarement vu des enfants qui s’amusent, rient et se baladent par ici. Il faut constater que l’aménagement n’y est pas propice. SNCF et région, il ne suffit pas d’appliquer de beaux autocollants. Je ne vous en veux pas, on l’aime ce TER mais il ne faudrait pas se moquer du monde non plus. Le rste du TER est 2nde classe (sans autocollants).

Vous l’avez repérée la 1ère classe ? La différence est nette.

Direction Antrain

Je ne sais pas si vous connaissez la charmante ville d’Antrain, tout au Nord Est du département 35 au bord de la Normandie. Avant l’autoroute des estuaires, c’était une ville étape sur la route historique du Mont Saint Michel. Je remonte à la source, Place Sainte Anne à Rennes et première étape au rectorat de l’académie de Rennes (soit le centre de la ville). La suite dans un prochain épisode, il faudrait ajouter les étapes, suite et fin de la rue d’Antrain qui est encore longue de 750m, l’avenue Patton, Maison Blanche, Betton, Chevaigné, Saint Aubin d’Aubigné, Sens de Bretagne et Tremblay… De l’activité en perspective.

 

Chansons pour adulte consentant

La pochette du disque illustre d’ailleurs pleinement cet état de fait musical : noire, elle ne comporte qu’une illustration en filigrane, à peine visible, représentant un crâne tatoué. Pour bien le voir, il faut plisser des yeux, faire un effort, aller au-delà de la noirceur initiale. (Joseph Ghosn – Les Inrockptibles)

8a2d4b32a38b1cc8cf8eef8610d0831f

 

La lumière blanche,
la lumière blanche va me brouiller l’esprit

La lumière blanche,
et tu ne sais pas qu’elle va me faire devenir aveugle.

La chaleur blanche, la chaleur blanche,
ça me chatouille jusqu’aux orteils Lumière blanche,

Oh, aie pitié, lumière blanche
Dieu sait que la lumière blanche, la lumière blanche va gâcher mon cerveau

La lumière blanche,
Aww la lumière blanche ça va me rendre fou

La chaleur blanche,
Aww la chaleur blanche ça me chatouille jusqu’aux orteils Lumière blanche,

Aww lumière blanche

J’ai dit maintenant que la bonté sait,
faites-le Hmm hmm,

lumière blanche Aww

je fais sûrement l’amour de regarder ce truc se bousculer dans
Hmm hmm, la lumière blanche

Regardez de ce côté,
regardez de ce côté ne savez-vous pas qu’il va être mort dans le lecteur
Hmm hmm, chaleur blanche Hey foxy maman regarde sa marche dans la rue
Hmm hmm, Lumière blanche Viens …

 

Que se passe-t-il dans votre esprit ?
Je pense que je suis en train de tomber
Que se passe-t-il dans votre esprit ?
Je pense que je suis à l’envers

Dame, sois sage, fais ce que tu devrais
Tu sais que ça marchera bien
Dame, sois sage, fais ce que tu devrais
Tu sais que tout ira bien

 

Je monte, je descends
Je vais voler d’un côté à l’autre
Voir les cloches dans le ciel
Quelqu’un a coupé la ficelle en deux

Dame, sois sage, fais ce que tu devrais
Tu sais que ça marchera bien
Dame, sois sage, fais ce que tu devrais
Tu sais que tout ira bien

Une minute de naissance, une minute condamnée
Une minute de haut et une minute de bas
Que se passe-t-il dans votre esprit ?
Je pense que je suis en train de tomber

Dame, sois sage, fais ce que tu devrais
Tu sais que ça marchera bien
Dame, sois sage, fais ce que tu devrais Tu sais que tout ira bien