Bilan du réveillon

IMG_20171231_212938

Bonne pioche de la maison des vignerons à Combourg, je cherchais un vin blanc d’exception pouvant accompagner quelques fruits de mer et notamment des huitres, celui ci m’a fait de l’œil d’entrée. Quand tu mets le prix et je dirai que le prix n’est absolument pas proportionnel à la qualité, ce serait plutôt l’inverse (disons être prêt à débourser 30% de plus que dans un supermarché type U, Inter, Carrefour et même Biocoop…). Je ne parlerai même pas ici de l’ouverture prochaine de Méga Lidl à Combourg qui semble vouloir communiquer autour du vin aussi, je me limiterai dorénavant à y acheter du petit outillage, des consommables (PQ notamment) pas de l’alimentaire, Lidl, c’est bien pour les WC et le lave vaisselle. Je disais donc, 20 % plus cher qu’en hypermarché mais largement trois fois meilleur… Un riesling sec complexe, d’un rapport fantastique pour le porte-monnaie (15,90€), des touches de fruits tropicaux (goyave, mangue), des épices sur les narines, des notes florales et un peu de chair en bouche, opaque/trouble dans le verre et un final éthéré (Eben LILLIE). En somme un vin très spécial se présentant comme un Riesling « basique ». Parfait pour moi. Je rajoute une touche dans cet achat, c’est le le social car non seulement vous achetez une bouteille de vin mais aussi vous allez à la rencontre d’un commerçant exceptionnel et forcément d’autres clients, des rencontres éphémères si bénéfiques (le sujet de discussion : la saturation de l’ogresse ville de Rennes, une horreur partagée, on est bien dans notre campagne et ceux qui nous voient comme des paysans arriérés ont bien tort, à Combourg, le futur est en gestation).

IMG_20171231_212917

Repérez les paillettes. La poissonnière (Chez Françoise, 6 rue de la Balue, Saint Malo) m’a clairement indiqué que ce n’était que de la mercatique, je lui ai ai alors répondu, tant mieux, j’adore le contre pied. Certes, elles n’ont pas un goût très différent, la différence réside dans le fait qu’elles ont été soumises à plus de houle (musculature plus développée, proximité gustative avec une noix de Saint Jacques, goût noisette). Le dîner du 31 décembre, c’est un moment spécial, un moment de plaisir et de découverte. J’habite à 30 kilomètres des premiers parcs à huitres de la baie du Mont Saint Michel (Hirel), 40 de Cancale (La Mecque de l’huitre), ne pouvant faire comme tout le monde et bien que je suis très attentif aux productions locales le reste de l’année, j’ai décidé d’acheter des huîtres de conches élevées en Irlande par un producteur local (Saint Coulomb) : la mondialisation ! Elles ont de particulier de passer plus de temps en eau douce qu’en mer… La différence au goût est nette. Je n’exclue nullement de revenir à mes cancalaises (ou autres paimpolaises, saint vaastaises), j’ai simplement voulu marqué cette fin d’année horribilis.

Bilan financier du réveillon :

Vin (15,90) + Huitres (12 à 1€ + 4 à 3€) + Crevettes grises, crevettes, bulots (1 bol de chaque soit 12€) + Olives pimentées et olives aillées (2 X 1€) soit un total de 53,90€ pour 2 personnes (Total bobo, bourgeoisie rampante, si vous voulez, f..ck off… et toi, il t’a coûté combien ton réveillon ?).

Bilan santé :

Ce matin, je me sens plutôt bien, entrailles légères, pas de tensions particulières musculaires ni de maux de tête (pas de gueule de bois ni de barbouille). Pour information,  suite à de graves problèmes cardiaques l’été dernier, j’ai choisi la voie de l’abstinence alcoolique et une hygiène alimentaire irréprochable (quelques petites exceptions feront la règle).

Bilan social :

Retranchement total dans mon bunker, l’artillerie lourde est prête à s’enclencher, terminer les faux semblants, les gens toxiques, l’absorption massive d’alcool, les bêtises à gogo. Mon aorte a le droit a un traitement particulier. J’en ai croisé des gens avec leurs bouteilles de William Peel côtoyant les canettes de boisson énergisante au hasard des rayons de supermarchés (j’évite depuis plusieurs mois les rayons alcools qui me donnent la nausée), je suis triste pour eux et prévoie encore un creusement du déficit de la sécu. Un jour, plus tard, je reviendrai peut-être faire la fête avec les amis mais pour cette année, je n’ai pas trouvé de bouteilles de Wattwiller dans les commerces (L’eau en bouteille ne semblant pas encore une priorité pour les fêtes). Pour le réveillon 2018, j’en commanderai deux caisses (bouteilles en verre, pourquoi le buveur d’eau n’aurait pas droit à une belle bouteille consignée ?). L’abstinent n’avance pas encore d’un pas assuré, il doit encore évoluer en milieu protégé.

Bilan animal :

IMG_20180101_105735

Elles adorent les crevettes.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s